Workshop: “Repolitiser le féminisme”

Workshop: “Repolitiser le féminisme” autour de Le ventre des femmes  de Françoise Vergès
Khiasma
Espace Khiasma, Les Lilas, France
13 avril 2018: de 14h à 19h

 

“Le féminisme décolonial doit être perturbateur, curieux et refuser toute naturalisation.”
Françoise Vergès

“He cannot escape his own snare_ / faith : dove made flesh.”
Gloria Anzaldua

 

Collaboration enseignants/ étudiants avec le soutien du: Laboratoire LLCP (Les logiques contemporaines de la philosophie), du LEGS (Laboratoire d’études de genre et des sexualités), de l’Espace Khiasma (http://www.khiasma.net):

Horaire: Vendredi 13 avril 2018 : de 14h à 19h

Lieu: Espace Khiasma, 15 Rue Chassagnolle, 93260 Les Lilas, France; Métro : Ligne 11 – arrêt « Porte des Lilas »

 

La parution de Le Ventre des femmes de Françoise Vergès en 2017 engage toute une réflexion sur les points aveugles du combat féministe en France dans les années 70 et aujourd’hui. L’effacement des questions raciales et coloniales conduit au recentrement d’un féminisme français sur une géographie strictement hexagonale au détriment des outre-mer.

Un espace national asymétrique est produit par toute une “fabrique de l’oubli” (Vergès) qui procède d’un “processus d’effacement collectif.” Se dessinent des zones de relégation (outre-mer et par suite banlieues…), où sont désignées des populations inutiles.

La construction de séparations et la “frontiérisation” (Mbembe) de l’espace national républicain invitent à interroger la manière dont se sont élaborés, déplacés, figés ou réinventés des discours féministes hétérogènes, parfois nettement conflictuels, des années 70 à aujourd’hui. Elles invitent, également, à identifier les usages nationalistes ou nationalitaires du discours féministe aujourd’hui en France, tout comme à spécifier nettement, hors des rhétoriques de l’identité ou de la majorité, ses potentialités émancipatrices effectives.

Comment analyser le processus de nationalisation qui a pu affecter un type de féminisme et penser contre lui ? Comment “revitaliser” (Vergès) un discours sur les droits des femmes ? Comment réécrire et transmettre l’histoire des luttes féministes, à partir d’autres territorialisations, d’autres temporalités, qui excèdent, brouillent ou détraquent le cadre géographique hexagonal?

Au centre de ce workshop, il s’agira de spécifier les contours d’une « repolitisation » obstinée du féminisme à rebours de sa normalisation et de son intégration au discours du pouvoir. Cette réflexion s’effectuera à partir d’un dialogue critique précis, examinant, interrogeant  les thèses portées par Le ventre des femmes de Françoise Vergès.

 

Avec la participation de:

Françoise Vergès (Collège d’études mondiales), Nacira Guénif (Paris 8), Eric Fassin (Paris 8), Mara Montanaro (Paris 8), Farah Chérif Zahar (Paris 8), Romy Opperman (Penn State University), Nadia Yala Kisukidi (Paris 8), Elsa Vallot (EHESS), Nadir Khanfour (EHESS)

 

Programme:

14 – 14h 15: introduction – Nadia Yala Kisukidi (Paris 8)
14.15 – 14.45: Communication de Françoise Vergès autour de Le ventre des femmes
14.45 – 16. 15 discussion/ table-ronde avec Nacira Guénif (Paris 8), Eric Fassin (Paris 8), Mara Montanaro (Paris 8)

Pause: 16.15 – 16.30

16.30 – 18 h : discussion/table-ronde avec Farah Chérif Zahar (Paris 8), Romy Opperman (Penn State University), Nadia Yala Kisukidi (Paris 8)
18-19h : échanges avec le public et conclusions – présidés par Elsa Vallot (EHESS), Nadir Khanfour (EHESS)